Dimanche 20 Mai 2018

Nouveau contrôle technique 

Le compte à rebours est lancé : le 20 mai prochain, la nouvelle version du contrôle technique automobile entrera en vigueur. Les rumeurs les plus folles circulent sur le sujet, certains automobilistes le redoutent pensant qu'il signera l'arrêt de mort de leur véhicule, ou qu'il impliquera des réparations coûteuses pour continuer à circuler en toute légalité. Pas de panique ! Les experts Norauto démèlent le vrai du faux et proposent des services innovants pour aborder ce nouveau contrôle technique plus sereinement.
Objectif : disposer d'un véhocule en conditions optimales toute l'année, en maîtrisant son budget. 

Nouveau contrôle technique, le vrai du faux


avec Xavier Chocraux, Directeur
du réseau Norauto

1 - Le nouveau contrôle technique augmente considérablement le nombre de points de vérification pour obtenir l’autocollant valable deux ans 
« Il ne faut rien exagérer, la nouvelle directive induit le passage de 123 à 132 points de vérification. Et le nombre de points de défaillance passe de 453 à 606. On ne peut pas parler de révolution. Ce qui changera, c’est le temps consacré à ce nouveau contrôle technique, car il y aura des éléments complémentaires à formaliser et de nouvelles méthodologies à appliquer. Certes, quelques points nouveaux comme le système de mesure de la pression des pneus font leur apparition, mais il faut arrêter de faire peur aux gens, le contrôle ne changera pas radicalement. »

2 - La défaillance critique va signer l’arrêt de mort de nombreux véhicules
« Vrai et faux. Jusqu’à présent, les défauts mineurs sont à signaler et les défauts majeurs à rectifier obligatoirement. À partir du 20 mai va naître la défaillance critique, un dispositif déjà appliqué pour les poids lourds par exemple. Si une défaillance grave est découverte, induisant un risque fort d’accident (pneus lisses, freins endommagés…) ou ayant une incidence directe sur l’environnement (écoulement de liquide, pollution prononcée, …),
le propriétaire du véhicule aura jusque minuit pour immobiliser son véhicule et 2 mois pour engager les réparations. Cette mesure fait peur à certains, mais elle participera à sécuriser la route et réduire l’impact des véhicules sur l’environnement. C’est une avancée pour le bien de tous. »

3 - Plus de contre-visites, c’est plus de dépenses
« Vrai et c’est inévitable. Aujourd’hui la contre-visite est en général gratuite, mais elle va devenir payante car elle va mobiliser davantage de temps : 15 minutes de plus en moyenne par rapport à aujourd’hui (soit 45 minutes pour un contrôle complet). À noter également : les défauts majeurs seront plus nombreux. Exemples : un voyant allumé sur le tableau de bord, un support moteur fortement endommagé, ou un lave glaceinopérant ne seront plus seulement signalés. Il faudra réparer. »

4 - Le conseil Norauto ?
« Pour ne pas subir une inflation soudaine de sa facture entretien, nous proposons plusieurs solutions. Les stages Automalins par exemple, permettent de sensibiliser nos clients vers plus de connaissances, grâce aux échanges et aux réponses concrètes de nos experts. Cela permet de ne pas rester passif face à l’entretien de son véhicule. Nous proposons également le diagnostic EcoContrôle pour les véhicules diesel et essence, qui met en évidence les dérives et défaillances potentielles de chaque véhicule dues à l’encrassement du moteur, à partir de l’analyse de 5 gaz (CO, CO2, 02, HC, NOX). Une démarche préventive innovante et unique sur le marché : nous sommes les seuls à proposer un diagnostic pollution aussi complet. L’EcoContrôle Norauto permet d’éviter les mauvaises surprises lors du nouveau contrôle technique, et anticipe la nouvelle étape du contrôle technique qui entrera en vigueur en janvier 2019. Enfin, nous avons lancé le Pass Entretien mensualisé : une solution qui permet de garder toute l’année
un véhicule bien entretenu, avec un budget maitrisé. »



Le Pass Entretien, la solution innovante pour maîtriser son budget auto

Avec le Pass Entretien, Norauto invente l’abonnement pour l’entretien automobile. Selon Carine Soual, responsable des partenariats Norauto : « cette solution innovante permet de disposer en continu d’un véhicule bien entretenu et de maîtriser son budget ». La formule, à partir de 29 €/mois sur 36 mois, dépend du type de véhicule, du kilométrage annuel effectué et des options choisies par le propriétaire. Les abonnés bénéficient d’un numéro dédié pour prendre rendez-vous et peuvent échanger par téléphone ou SMS avec les conseillers Norauto. L’entretien mensualisé est réalisé en accord avec le carnet du constructeur et ses obligations, et comprend tous les points classiques de l’entretien courant : révisions, pièces d’usure de freinage, purge du liquide de frein, balais d’essuie-glace ou encore climatisation. Pour l’automobiliste, aucune mauvaise surprise et un contrôle à l’euro près de son budget « entretien » : tout est décidé en amont, lors de la signature du contrat.

Contacts presse

Agence presse Mot compte Double
Vanessa Gellibert, Consultante RP Senior
Alexandra Breyne, Directrice associée
Norauto France
Caroline Delobeau, Attachée de presse
Vianney Laurent, Responsable médias